PRESSE

La ministre Nicole Belloubet s’invite aux Parcours du goût

17 avril 2018
Nicole Belloubet, ministre de la Justice, aux côtés de Corinne Pouit, directrice territoriale de la PJJ Haute-Garonne, Ariège et Hautes-Pyrénées. - DDM, P. B.
 La Dépêche du Midi
«D’écluse en écluse : voyage gourmand aux saveurs d’autan»… Ce week-end, c’est sur cette thématique qu’ont travaillé une trentaine d’équipes venues de toute la France et composées de jeunes et de professionnels de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Cette année, pour la 19e édition des Parcours du goût, parrainée par Michel Sarran, c’est le domaine de Preissac et ses 136 hectares, à Castelmaurou, qui ont été choisis pour accueillir ce concours et salon culinaire en Haute-Garonne.
Dans une ambiance de fête foraine gustative avec des stands décorés aux couleurs de la thématique et copieusement garnis de bons produits locaux et régionaux, 28 équipes ont participé au concours culinaire présidé par le chef Fabrice Brunet, de la maison Lenôtre. Temps imparti, coaching, conseils techniques… Pendant deux jours, ces jeunes âgés de 12 à 18 ans, qui travaillent toute l’année dans des restaurants pédagogiques ou autour de projets éducatifs liés à la cuisine, se sont affrontés dans de véritables conditions professionnelles. À la manière de «top chef», ils ont cuisiné un plat – préparé depuis plusieurs semaines avec leurs éducateurs – et le présenter à un jury. «Ce concours permet à ces adolescents de porter sur eux-mêmes un regard positif et de partager des valeurs humaines telles que la solidarité et l’esprit d’équipe», a expliqué Corinne Pouit, directrice territoriale de la PJJ Haute-Garonne, Ariège et Hautes-Pyrénées.
Un concours qui peut aussi les révéler, à l’image de Pierre (1) tout juste âgé de 16 ans. Cet Angevin s’est fait repérer par Fabrice Brunet grâce à son «magret de canard aux saveurs d’Occitanie» confectionné avec son équipe «Les arômes d’Anjou». Ce jeune pour qui «la cuisine, c’est une grande histoire de famille» a obtenu un contrat d’apprentissage dans l’école Lenôtre. À l’avenir, il aimerait ouvrir son propre restaurant. «C’est aussi ça, ce concours, leur redonner confiance, les valoriser», a confié un éducateur. «Même si le déclic n’est pas immédiat, si certains n’ont pas décroché de stages durant ces deux jours, ce qui importe, c’est que ça constitue un point de départ. C’est le début d’une histoire», a confié Nicole Belloubet, ministre de la Justice venue, à la fin de la compétition, visiter le site et rencontrer les jeunes. «C’est un succès pour tous les jeunes. Ils ont prouvé qu’avec de la volonté et de l’énergie, on peut créer de l’enthousiasme», a déclaré la garde des Sceaux sur le podium lors de la remise des trophées.

Voir l’article